corona-covid

Covid-19 eaux usées

Pandémie COVID 19 – Les toilettes hors réseau avec traitement in-situ par électrolyse pourraient aider à restreindre les pandémies

 

 

 

corona_eaux_usees

Nous savons que le Corona Virus est principalement transmis par des gouttelettes,  par la toux ou des éternuements. Cependant, le risque de contamination par les eaux usées ne peut être exclu. Depuis la découverte de la maladie, des observations sur des patients infectés ont montré que leurs intestins sont également contaminés et que le virus est présent dans les matières fécales  humaines. Bien sûr, un virus ne peut pas se développer en dehors d’une cellule vivante. Cependant, il peut survivre pendant longtemps s’il est entouré de substances organiques. Selon l’OMS, les virus présents dans les biofilms et les boues d’épuration peuvent survivre jusqu’à un an.

En conséquence, on peut supposer que les eaux usées dans les égouts sous nos villes sont aujourd’hui contaminées par le Corona virus ; le COVID 19 peut également se retrouver dans les stations d’épuration. Pire encore: en raison de l’état précaire des réseaux d’égouts, il ne peut être exclu que, par infiltration, les liquides contaminés puissent pénétrer dans d’autres écosystèmes.
Certes, le risque en Europe est relativement faible. Mais dans les pays où les normes d’hygiène sont moins développées, les épidémies éclatent généralement par contamination des eaux courantes. Par la défécation en pleine nature ou même dans les cours d’eau, les pathogènes se propagent rapidement.

A l’instar de l’isolement social et de la toux au coude, il conviendrait de ne pas transférer le virus vers d’autres milieux, mais de l’isoler. Les toilettes décentralisées comme celles de WeCo pourraient contribuer à cela dans le domaine sanitaire. Ces toilettes dites écologiques car économes en eau, ne sont pas raccordées aux égouts. Le traitement des eaux usées s’effectue «sur site», sans consommation d’énergie importante et recyclent les déchets en ressources. Quand il s’agit de toilettes  autonomes écologiques, beaucoup de gens pensent d’abord aux toilettes sèches, qui représentent bien sûr la solution la moins chère. Cependant, le confort et l’hygiène des toilettes sèches sans chasse d’eau sont limités. Encore plus problématique, le principal problème des toilettes sèches est que le virus et les agents pathogènes restent non traités pendant plusieurs mois, parfois des années. Ce qui propage les maladies partout et rapidement. Il faut se rappeler que nos toilettes à eau courante et nos égouts ont été inventées à la fin du 19e siècle à Londres puis Paris, pour répondre aux exigences d’hygiène moderne et éviter les pandémies comme le choléra qui a tué des milliers de personnes en 1871 à Paris et qui tue toujours dans les pays émergents en raison de l’urbanisation rapide.

 

covid_traitement_eau_usees

Dans un esprit de développement durable et d’innovation, des groupes de recherche du monde entier travaillent sur des concepts de toilettes publiques décentralisées, économes en eau et capables de recycler directement les eaux usées, les boues d’épuration, les fèces et l’urine. La Jeune Entreprise  Innovante WeCo, en partenariat initial avec Caltech,  a investi depuis 2014 dans une solution industrialisable en développant un système de toilettes 100% mobiles  qui a vocation à détruire les pathogènes et virus dans les eaux usées. Le système de toilettes ne nécessite pas de raccordement d’égout, pas d’arrivée d’eau et propose quand même des toilettes et des urinoirs avec chasse d’eau. Les eaux usées sont traitées dans un cycle fermé. Cette solution brevetée transforme les eaux usées fortement contaminées, d‘abord par un traitement biologique, puis par électrolyse, en eau claire avec une qualité d’eau de baignade. L‘eau ainsi traitée ne contient ni germe ou virus. Cette eau stérilisée est utilisée à nouveau pour les chasses des toilettes. Le processus de désinfection électrolytique utilise un courant électrique pour créer un moyen de désinfection directement dans l’eau, grâce à une conversion électrochimique des éléments après le traitement biologique. À l’aide de sel dissous dans l’eau, la technologie d’électrolyse crée du chlore, un puissant désinfectant durable tuant les bactéries et les virus dans les eaux usées. Bien que le chlore ne puisse pas être utilisé dans le traitement biologique des boues de vidange, une solution est en cours de développement pour détruire les agents pathogènes dans ces boues.

Appliqués dans le monde entier, les systèmes décentralisés de toilettes par électrolyse WeCo pourraient économiser des millions de tonnes d’eau potable par jour et prévenir la propagation